Pancouver-Logo

Become a Cultural Navigator

Become a Cultural Navigator

Le directeur du MENA Film Festival, Arman Kazemi, vise à briser les silos au sein de la diaspora d’Asie du Sud-Ouest et d’Afrique du Nord

Arman Kazemi French version
Arman Kazemi a travaillé comme journaliste avant de co-fonder le MENA Film Festival à Vancouver.

Ayant grandi sur la côte Nord de Vancouver, Arman Kazemi était souvent curieux d’en savoir plus sur son héritage iranien. Lorsque Kazemi est entré dans l’âge adulte, il a adoré voir comment la vie, l’histoire et la culture persanes étaient représentées à l’écran. En conséquence, il assiste régulièrement à des festivals et autres événements cinématographiques.

“J’allais à ces projections et il y avait salle comble,” Kazemi dit. “Beaucoup de gens viendraient de la communauté et de l’extérieur de la communauté.”

Pourtant, malgré la taille des foules, il a estimé que les films axés sur l’Iran étaient “un peu comme des marginaux” dans les festivals. De plus, cela est resté le cas, car la population de Canadiens d’origine iranienne a fortement augmenté dans la région métropolitaine de Vancouver.

“J’ai dit: Pourquoi devons-nous attendre que d’autres organisations organisent ces projections pour nous afin que nous puissions nous voir à l’écran? Pourquoi ne pas – avec cette base communautaire solide que nous avons – commencer à raconter nos propres histoires avec nos propres voix ?”

Cela l’a amené, ainsi que deux autres cinéphiles, Anaïs Elboujdaïni et Ghinwa Yassine, à lancer le MENA Film Festival en 2019, ainsi que Shaghayegh Haghdoust et Dariush Ghaderi Barrera. Cela a commencé comme un week-end à l’Emily Carr University of Art + Design.

Les deux femmes ont accepté de participer si le festival englobait des cinéastes qui retracent leur ascendance à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, d’où le nom “MENA”.

Elboujdaïni, directeur de la programmation du festival, est un cinéaste et journaliste montréalais d’origine amazighe-marocaine. Yassine, directeur de la stratégie de MENA, est un « artiste antidisciplinaire » d’origine libanaise qui a déménagé à Vancouver en 2017.

Kazemi est né au Royaume-Uni de parents qui avaient quitté l’Iran. Sa famille est venue au Canada quand il avait huit ans.

“Notre programmation s’efforce de représenter toutes les communautés de la région MENA/SWANA, y compris celles qui sont marginalisées par l’ethnicité, la langue ou la religion : qu’il s’agisse d’aborigènes, de nomades, de groupements linguistiques apatrides et d’autres identités qui ne correspondent pas parfaitement à une image orientaliste de la région MENA. /SWANA », indique le site Web.

Anaïs Elboujdaïni
Anaïs Elboujdaïni est la directrice de la programmation du MENA Film Festival.

MENA fait des trous dans les récits nationaux

Kazemi reconnaît qu’il existe de profondes rivalités et des griefs historiques en Asie du Sud-Ouest et en Afrique du Nord selon des critères religieux, ethniques, linguistiques et géographiques. Les Perses, par exemple, ont leur propre culture en dehors du monde arabe. Les Amazighs sont un groupe ethnique distinct originaire d’Afrique du Nord-Ouest.

Pendant ce temps, les chrétiens coptes sont persécutés en Égypte. Et les musulmans et chrétiens sunnites et chiites se sont combattus au Liban.

De plus, les puissances européennes ont fomenté ces divisions à travers le colonialisme en dressant les groupes les uns contre les autres. Cela a permis aux pays coloniaux d’extraire plus facilement des richesses et d’acquérir un avantage géopolitique.

Le Festival du film MENA à Vancouver, quant à lui, tente de transcender cette histoire en réunissant les communautés diasporiques. Kazemi, Elboujdaïni et Yassine ne sont pas intéressés par la création de silos basés sur la nationalité.

“Pourquoi amener nos bagages à travers l’étang, pour ainsi dire, avec nous?” demande Kazemi. « Pourquoi ne pas faire des trous dans les récits nationaux que nous nous racontons ? »

Le festival soutient fortement les peuples salish de la côte et s’engage à donner la priorité au travail réalisé par ou sur les peuples autochtones de la région MENA/SWANA. De plus, le site Web du festival exhorte les gens à donner une journée de salaire pour soutenir des projets, des mouvements, des organisations et des nations autochtones à l’occasion de la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation.

Ghinwa Yassine French MENA
Ghinwa Yassine (à gauche) est directrice de la stratégie du MENA Film Festival.

Du journalisme au MENA

Kazemi a suivi un parcours détourné pour devenir directeur de festival. Il dit qu’en tant qu’étudiant à l’école, il aimait écrire. L’anglais était sa meilleure matière. Après avoir obtenu un baccalauréat en littérature anglaise, il s’est inscrit à l’École de journalisme de l’UBC. Il aspirait à devenir auteur et estimait que le journalisme lui permettrait de gagner sa vie.

Avec sa maîtrise, Kazemi a travaillé pendant plusieurs années en tant que pigiste à Vancouver et à l’étranger, couvrant la Coupe du monde de 2014 et les Jeux olympiques d’été de 2016 au Brésil. Il a écrit pour plusieurs publications, dont le Globe and Mail et Georgia Straight .

Après son retour d’Amérique du Sud à Vancouver, il a travaillé dans l’industrie cinématographique car les opportunités de travail à la pige se tarissaient.

Le MENA Film Festival à Vancouver a vu le jour lorsque Kazemi a rencontré Elboujdaïni et Yassine lors d’un événement de réseautage appelé Booze ‘N’ Schmooze, organisé par Raindance Vancouver.

“J’ai pu faire pivoter beaucoup de compétences qui entrent dans le journalisme dans la région MENA – la rédaction de subventions, la rédaction de communiqués de presse, et ce genre de choses”, déclare Kazemi.

Il souligne qu’il existe une communauté croissante de réalisateurs, dramaturges, scénaristes et acteurs d’origine sud-ouest asiatique et nord-africaine dans la région métropolitaine de Vancouver.

Par exemple, un cinéaste local, Alireza Kazemipour, a remporté le prix Scarlet Pomegranate du festival pour son court métrage « Split Ends » . Il tourne autour d’une fille chauve et d’un garçon aux cheveux longs qui ont une rencontre avec la police des mœurs de Téhéran.

La police a pris l’homme pour une femme et l’a poursuivi pour ne pas porter de hijab.

« Tout dépend de la nature arbitraire de ce genre de système machiavélique », dit Kazemi. “C’est un grand film.”

Regardez la bande-annonce de “Split Ends” d’Alireza Kazemipour.

Des cinéastes locaux inspirés par les manifestations

Le directeur du MENA Film Festival ajoute que Kazemipour a également écrit et réalisé “Gold Teeth”. Il a généré beaucoup de buzz après avoir fait les six derniers du festival Crazy8s en 2022. Un autre cinéaste local de haut niveau d’ascendance persane est Mostafa Keshvari , qui a été présenté l’année dernière par Pancouver.

À la suite des grandes manifestations anti-gouvernementales qui se déroulent en Iran, Kazemi a remarqué que de plus en plus de membres de la diaspora créent des films et écrivent des pièces de théâtre et de la poésie. Il est ravi que le MENA Film Festival offre une plate-forme permettant aux gens de raconter leurs histoires.

“C’est un peu cliché à dire, mais c’est quelque chose que j’aurais voulu quand j’étais jeune”, dit Kazemi. “Quand mes parents viennent, je peux voir que leurs yeux s’illuminent parce qu’ils voient leur communauté représentée d’une manière qu’ils n’ont jamais vue auparavant.”

Kazemi dit que certains cinéastes locaux dont les racines remontent à l’Asie du Sud-Ouest et à l’Amérique du Nord sont impatients de raconter leurs histoires en anglais. Ils ont fréquenté l’école au Canada en anglais, bien que ce ne soit peut-être pas la langue qu’ils ont apprise à l’origine de leurs parents.

Pour ajouter du contexte, Kazemi cite ensuite l’écrivain William Burroughs, qui a décrit le langage comme étant comme un virus venu de l’espace.

“Il s’implante et se parle à travers vous”, dit Kazemi. « Vous n’exprimez pas de langage. Le langage vous exprime par la manière dont il utilise votre modalité ou vos fonctions cognitives.

Lire l’article original >> Cliquez ici

Suivez Pancouver sur Twitter @PancouverMedia.

Agissez maintenant

Pancouver alimente la créativité et promeut une société plus inclusive. Vous pouvez contribuer à soutenir notre mission de mettre en lumière des artistes diversifiés. Les dons provenant du Canada donnent droit à un reçu fiscal.

Partagez cet article

Subscribe

Tags

SÉLECTION D'ARTICLES EN FRANÇAIS

The Society of We Are Canadians Too created Pancouver to foster greater appreciation for underrepresented artistic communities. A rising tide of understanding lifts all of us.

We would like to acknowledge that we are gathered on the traditional and unceded territories of the Coast Salish peoples of the xʷməθkwəy̓əm (Musqueam Indian Band), Skwxwú7mesh (Squamish Nation), and Səl̓ílwətaɬ (Tsleil-Waututh Nation). With this acknowledgement, we thank the Indigenous peoples who still live on and care for this land.

The Society of We Are Canadians Too created Pancouver to foster greater appreciation for underrepresented artistic communities. A rising tide of understanding lifts all of us.

© 2023 The Society of We Are Canadians Too Privacy Policy | Terms and Conditions

We would like to acknowledge that we are gathered on the traditional and unceded territories of the Coast Salish peoples of the xʷməθkwəy̓əm (Musqueam), Skwxwú7mesh (Squamish), and Səl̓ílwətaɬ (Tsleil-Waututh) Nations. With this acknowledgement, we thank the Indigenous peoples who still live on and care for this land.